Critique en Français: Bob Brozman
Concerts and Tour Dates Concerts,
Tour Dates
Press Kit Press Kit
Biography Biography
Reviews and Interviews Reviews, Interviews
CDs CDs
DVDs & Videos DVDs
Bob Brozman Digital Downloads Digital
Downloads
Books Books
Instruments Instruments
Reso-Acoustic Sound System Sound System
Tips for Guitarists Tips for Guitarists
Seminars Seminars
Contact Contact
Contact Mailing List

Bob Brozman - Official Website

 
Order
   
Home
Critique en Français: Bob Brozman

LE SOLEIL, Quebec, CAN
16 juillet 2001

DIX SPECTACLES À RETENIR

Éric Moreault


Bob Brozman. À force de voir le guitariste d'exception en résidence expérimenter toutes les combinaisons musicales inimaginables, on oublie parfois le bluesman derrière l'explorateur sonique. Son spectacle solo à place D'Youville l'a rappelé, véritable périple musical autour des musiques du monde sur fond de blues joyeux et entraînant. De plus, ça fait plaisir de voir un artiste sur scène qui semble triper encore plus que les spectateurs.

DJ Ram et invités. Un moment magique qui n'aura existé que grâce au Festival d'été, celui d'une rencontre ponctuelle entre le virtuose des platines, Bob Brozman, Tierra Negra et le percussionniste Ganesh Anandan.

En véritable chef d'orchestre, DJ Ram a guidé ces musiciens dans une fusion créatrice de styles, d'atmosphères et d'époques, mais a aussi présenté une éloquente synthèse de la musique du siècle dernier et de celui à venir. Tout ça sans perdre de vue le plaisir que tiraient les festivaliers à groover. " De la musique vivante pour des gens vivants ", disait l'anarcho-guitariste Brozman. J'ajouterais : de la musique pour le corps et l'âme.

Omar Sosa. Un autre qui honore l'histoire de la musique pour mieux la faire avancer. Inspiré par la santeria cubaine, le flamboyant pianiste ose aborder l'acid jazz et le hip-hop pour composer son étonnant et énergique métissage qui donne une irrésistible envie de bouger et de s'abandonner au rythme. A fait swinguer la place D'Youville comme personne cette année.

Groovy Aardvark. À la célébration de la genèse de la scène indépendante québécoise sur les Plaines, le fourmilier tripatif a triomphé. Son mélange de rock alternatif, heavy et folklore " rentrait au poste " et démontrait la nécessité d'une musique intelligente qui soit aussi ludique. Ne reste plus qu'à souhaiter une reconnaissance amplement méritée. Avec un contrat de distribution européen et un prochain CD en anglais, tous les espoirs sont permis.

Érik Truffaz. Le trompettiste français contribue à " décarcaner " le jazz trop souvent prisonnier de sa tradition. En ajoutant un musicien à l'échantillonnage et un rappeur à sa formation, il oscille entre jazz, trip-hop et pop en se laissant guider par l'inspiration et l'improvisation, sans avoir peur de se planter. Les quelques longueurs sont vite pardonnées au regard de la pertinence de la démarche créatrice. Et, qualité inestimable en spectacle, Érik Truffaz préfère l'effet concis aux interminables solos narcissiques.

John Hammond. Un spectacle qui aurait dû se retrouver en première partie de George Thorogood sur les Plaines plutôt qu'une trop courte heure à place D'Youville. Avec sa relecture personnelle de l'oeuvre de Tom Waits livrée avec beaucoup de feeling, il aurait " botté le cul " de l'adepte des couplets superficiels et des solos à la testostérone.

Les Batinses avec Vincent Peake. Décidément, une des rencontres les plus fructueuses du Festival, la présence du chanteur et bassiste de Groovy Aardvark au concert des Batinses marque un point tournant dans la démarche artistique du groupe alterno-folklo-trash. Sans renier la tradition, l'ajout du heavy au son du groupe lui donne une toute autre dimension, conciliant deux univers à première vue aux antipodes. Résultat : un méchant party.

Ionica Minune. Décidément, les mutations de la note bleue sont à l'honneur dans ce palmarès ! Le jazz gitan de l'accordéoniste d'origine roumaine a été une véritable révélation. Tout en mettant l'accent sur la mélodie, Ionica Minune prenait souvent le contrepoint de celle-ci. Sa musique souriante était toujours teintée d'un brin de tristesse qui rappelait la fatalité dans la joie de vivre.

Les Respectables. Juste voir les gars de Québec qui m'ont rocké pendant 10 ans dans des bars trop petits pour leur talent sur la " grosse " scène des Plaines, ça fait mon Festival. Il y a une justice dans ce bas monde pour ceux qui persévèrent envers et contre tous sans compromettre leur intégrité artistique. Aussi parce qu'ils ont bûché dur pour ce spectacle-concept avec Okoumé, ça s'entendait. Viva el rock'n'roll guys !

Boubacar Traoré. Entre kassonké, musique traditionnelle du Mali, et le blues américain, le guitariste Boubacar Traoré combine jeu sensible et voix lancinante en de superbes complaintes qui évoquent les dures conditions d'existence du continent africain. Impossible de ne pas être remué par cette musique ancrée dans ses racines et à la portée universelle.

Merci. Au chauffeur de taxi qui a été assez aimable pour me rapporter le téléphone cellulaire oublié sur la banquette arrière, un après-midi pressé ; à Gilles ; aux régisseurs des scènes de place D'Youville, du Parc de la francophonie et des plaines D'Abraham pour m'avoir grandement facilité le travail et, surtout, à tous les artistes qui m'ont transporté ailleurs.


Bob Brozman - King of the National Guitar


Bob Brozman Press Kit Links:

Bob's Biography
Bob's Discography
Print Quality Photos
World Press Quotes
Reviews and Interviews